De foi et de sang (Solo)
 :: Hueco Mundo :: Inferno :: Cadáveres

Alignement : Loyal Mauvais
Rang : A
Grade : Fraccion d’Ordalias
Avatar : Hone Onna (Onmyoji)
Messages : 53
Expérience : 213
Reiryoku : 49000
Date d'inscription : 02/06/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Agrat
Mer 5 Juin - 13:02

Celui qui acquiert la puissance renverse ses supérieurs. Celui qui renverse ses supérieurs n'a plus autant à craindre pour son existence, car il sera à la fois vénéré et craint par ceux en dessous de lui. Celui au dessus des autres se pose en alpha et obtient les responsabilités qui en découlent. Telle est la loi de Cadáveres, la loi d'Ordalias. Les qualités de leader du Général macabre sont incontestables, que cela soit aux yeux de sa prêtresse ou de ses chiens. Par la peur, il insuffle le désir de puissance en ses servants. Il se sert ensuite de cette puissance pour ériger des sous leaders, ses alphas, dont tout le monde veut prendre la place afin d'échapper à la torture quotidienne. Cela leur donne un espoir auquel se rapprocher, un but à atteindre. De facto, les chiens deviennent plus dociles une fois que cet objectif est agité devant leur gueule affamée tel un bout de viande. Les hollow, alors emplis d'espoir, remuent de la queue et obéissent au moindre ordre de leur maître pour que cet espoir ne leur soit pas arraché.

Tout cela n'est cependant pas suffisant pour plier un nouveau chien à la volonté du seigneur. Il est nécessaire de le baptiser, d'instiguer la peur d'Ordalias en lui. C'est là où le Sabbat Rouge entre en jeu. Aujourd'hui, Agrat a été désignée par son seigneur afin d'en être l'actrice, la matronne, celle qui baptise. Quel honneur ! La Vasto Lorde, emplie de joie, s'est vêtue d'une belle robe cérémonielle d'un blanc pur, la teinte étant expressément choisie pour que toute effusion de sang soit la plus visible possible. Si cette cérémonie porte le nom de Sabbat Rouge, ce n'est pas pour rien.

Une fois prête, Agrat se rend dans La Fosse, lieu du sabbat. Il s'agit – comme son nom l'indique – d'une fosse profonde d'une vingtaine de mètres, dans laquelle la seule lumière présente est celle des flammes entretenues par les spectateurs disposés dans des loges creusées à même la roche. Cette dernière, d'un noir absolu, a l'étrange particularité de réverberer le son avec une perte minime de qualité. La forme concave de La Fosse est pensée pour accentuer cet effet, afin que le moindre cri de douleur fasse écho pendant de nombreuses secondes, tel le glas sinistre qui donne lorsqu'un pécheur reçoit son châtiment.

L'hérétique du jour s'y trouve déjà, recroquevillé en son centre et maintenu sur place par des chaînes, pendant que le regard de la foule le juge pour son infidélité et son paganisme. La prêtresse, une fois dans la fosse, l'approche d'un pas lent dont les échos se veulent être le compte à rebours avant le début de la cérémonie. Dix. Au premier son, les foules se taisent. Neuf. Le hollow captif tressaute et tourne doucement la tête. Huit. Son regard fuyant croise celui de la Vasto Lorde, froid et empreint de haine. Sept. D'une voix rauque, Agrat demande au prisonnier s'il est prêt à expier ses péchés. Six. Fidèle à lui-même, le captif refuse malgré sa condition actuelle. Cinq. La zélote fait craquer tous les os de sa main. Quatre. Ce membre change d'aspect, s'allonge et devient plus menaçant. Trois. Le fouet osseux est claqué contre le sol en guise d'avertissement. Deux. L'espace est presque totalement réduit. Un. Le hollow se recroqueville sur lui même. Zéro. Le premier coup de fouet tombe et claque sur la peau du prisonnier, la mordant jusqu'à la déchirer profondément.

« Réponds de tes actes, mécréant. »

Pas de répondre. La bête continue de couiner mais se régénère rapidement. Ce n'est que l'histoire d'une trentaine de secondes avant que sa plaie ne soit plus qu'un lointain souvenir. Là est pourtant l'objectif de la cérémonie. En se régénérant, un hollow puise dans ses propres ressources spirituelles. S'il ne peut se nourrir, ce qui est présentement le cas, alors il s'affamera au bout d'un certain nombre de blessures. Le poussé à être tiraillé par la faim en le mutilant est le premier acte du sabbat, acte qu'Agrat s'évertue à accomplir en distribuant de nouveaux coups de fouet, cette fois-ci avec plus de ferveur. Chaque claquement retentit dans La Fosse, chaque cri de douleur du hollow est savouré par les quelques dizaines de chiens spectateurs, car la deuxième vocation de ce rituel est de faire passer un message aux autres chiens : "rebellez-vous et vous repasserez par cette étape".

Alors que le prisonnier continue de se régénérer, la Vasto Lorde s'acharne toujours plus sur lui pour lui créer de nouvelles plaies, chacune d'entre elles plus béante que la précédente. Elle veille cependant à épargner le masque du captif puisque cela reviendrait à le libérer de cette torture. Mais la vision la plus effrayante n'est ni la scène en elle-même ou le sourire dément d'Agrat, mais bien la robe de la tortionnaire qui se colore peu à peu de rouge à chaque nouvelle effusion de sang, ne rendant le spectacle que plus lugubre qu'il ne l'est déjà. Mais toute bonne chose a une fin. Et ici, c'est la torture. Agrat s'arrête de frapper le pauvre hollow lorsqu'elle constate enfin que les plaies peinent à se refermer. C'est désormais sûr ; le prisonnier commence à manquer d'énergie. Avec ceci, sa faim le tiraille déjà probablement.

Le fouet de la prêtresse disparaît, son bras reprenant une composition normale. Elle claque aussitôt des doigts, ce qui signe l'apparition d'un autre hollow tenant dans ses mains d'étranges sphères colorées ; des âmes fraîchement récoltées sur des infidèles qui ne vont pas tarder à se dissiper si personne ne les consomme. Dans son infinie gourmandise, Agrat en attrape une, s'accroupit face au captif qui ne peut que forcer bêtement sur son cou dans l'espoir d'atteindre le sésame. Ce dernier est cependant maintenu hors de sa portée. Et c'est finalement sous son regard suppliant que la Vasto Lorde se met à lécher la sphère avant de croquer dedans, puis de l'avaler intégralement.

« Dé. Li. Cieux. Tu en veux une ? »

Il va dans dire que le monstre battu hoche vivement la tête, cependant sans rien dire. Agrat se relève en soupirant et, sans avertir qui que ce soit, écrase violemment l'un de ses pieds contre le masque du hollow d'une violence telle que le craquement sinistre du visage osseux se fait entendre au travers de toute la fosse. Encore un son faisant écho, juste une mélodie macabre de plus à ajouter à celles qui torturaient déjà le hollow. Malgré ce désespoir, Agrat ne sourit cependant pas comme elle le devrait. Au lieu de ça, elle observe la bête pitoyable depuis sa posture dominante, un air de mépris et de dégoût l'empêchant d'exprimer le moindre contentement.

« Ai-je entendu le moindre serment, le moindre voeu de servitude à notre maître ? »

Un couinement de la victime plus tard, Agrat réitère son dernier acte et fissure toujours plus le masque de l'être inférieur. Les hurlements de la bête deviennent encore plus perçant qu'avant. La cacophonie est telle que la prêtresse se retrouve obligée de hausser considérablement la voix pour se faire entendre.

« Réponds ! Qui sers-tu ? À qui abandonnes-tu ton libre-arbitre ? »

Impatiente, elle se saisit d'une autre âme qu'elle pose sous les yeux du torturé pendant qu'elle le retient en faisant pression avec son pied. Cette fois-ci, plutôt que de la manger, elle l'écrase dans le creux de sa main, la forçant à se dissiper prématurément. La bête s'agite en réponse, hurle à la mort et tente vainement de briser ses chaînes pour se nourrir. Cela ne fait qu'avancer l'échange ; il puise encore plus dans ses ressources et s'affame ainsi encore plus vite, si bien qu'il finit par baisser la tête en guise de résignation lorsque la Vasto Lorde écrase une nouvelle âme. La victime finit enfin par prononcer les mots attendus et vend littéralement son être à Ordalias, tout ça pour pouvoir manger et fuir sa peur de la régression. Cette dévotion naissante, bien qu'encore hypocrite, arrache un sourire à Agrat qui retire aussitôt son pied et vient fourrer une âme dans la gueule du hollow qui régénère de nouveau ses plaies. Ce faisant, elle s'abaisse à son niveau et lui murmure quelques mots d'un volume trop bas pour faire écho.

« Rappelle-toi de cette faim tiraillant tes entrailles, de cette douleur mordant tous les muscles de ton corps, car si jamais tu les oublies, je viendrais personnellement les graver dans ta chair au nom de notre seigneur. »

Sous les cris bestiaux de la foule, le rideau tombe sur le premier acte du sabbat.
Alignement : Loyal Mauvais
Rang : A
Grade : Fraccion d’Ordalias
Avatar : Hone Onna (Onmyoji)
Messages : 53
Expérience : 213
Reiryoku : 49000
Date d'inscription : 02/06/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Agrat
Mer 5 Juin - 14:15

Agrat se redresse tandis que son avant-bras se change cette fois-ci en une lance osseuse. D'un impact puissant et précis, elle brise les chaînes du captif qui se jette aussitôt sur les âmes restantes. Celles-ci se dissipent cependant juste avant qu'il ne puisse les évaler. Voilà l'une des différences entre un hollow expérimenté et un hollow de pacotille. L'un est en mesure de juger la qualité d'une âme tandis que l'autre en fait totalement abstraction. Ainsi, l'ancien prisonnier n'a jamais remarqué que le temps était compté depuis le début, ce qui lui vaut des rires moqueurs de la foule. Même la prêtresse ne s'en prive pas. Elle vient cependant poser une main sur l'épaule du désemparé alors que deux Vasto Lorde, depuis le sommet de la fosse, jettent un corps meurtri mais encore en mouvement dans la crevasse. Agrat, dans le dos du monstre récemment libéré, s'approche jusqu'à se coller à lui et pose sa tête sur l'épaule libre de la bête alors qu'un grand sourire étire ses lèvres.

« N'aie crainte, jeune loup désemparé. Tu seras nourri lorsque tu auras triomphé de cet infidèle ayant rejeté la foi d'Ordalias. Comme une mère avec son enfant, Agrat enlace doucement le hollow nouvellement converti avant de lui murmurer de nouveaux mots. Offre-nous un joli spectacle. Si la foule est satisfaite, je t'accorderais une place dans ma meute. Nous sommes les plus fidèles au maître et avons tous les privilèges liés à ce statut. Fais en sorte de les mériter. »

Sur ces mots, la Vasto Lorde libère le converti de son étreinte et se recule jusqu'aux tribunes tandis que son poulain s'avance vers le criminel. Tel est le deuxième acte du sabbat durant lequel deux faits sont accomplis ; l'exécution d'un criminel et l'évacuation de toute la rage de l'ancien prisonnier devenu chien. Ce dernier, enragé après avoir subi tant de tortures, ne peut que se déchaîner sur son camarade affaibli sans même prendre la même d'écouter ses supplications. Le rituel est perpétué, même aujourd'hui. Aucun manquement à la règle n'a été commis. Le pardonné, dans un ressentiment palpable jusqu'aux confins de Cadaveres, se jette sur son congénère en hurlant. Impitoyable, il commence par le démembrer et réitère son office à chaque fois que sa victime se régénère. Il l'écrase, le mord, le griffe, le marque, le cogne, le jette çà et là. Aucun répit pour l'hérétique qui, étant toujours affamé, n'a aucun moyen concret à disposition pour répliquer.

Le sang ne tarde pas à recouvrir toutes les parois rocheuses de la fosse tandis que la foule acclame le massacre. Une véritable boucherie à la romaine, comme quand on enfermait les criminels avec un lion. Le pécheur n'a évidemment aucune arme pour se défendre, ce qui revient ici à le priver de ses pouvoirs en l'affamant. Ce spectacle d'une violence inouï est alors présenté à la foule, aussi bien pour la distraire que pour lui rappeler  ce qui arrivait aux hérétiques. Au moins aussi contentée que ses semblables – si ce n'est pas beaucoup plus – Agrat se lèche les lèvres et invite la foule à finalement demander l'exécution. Exalté par les chants du public, le chien ne manque pas à sa tâche et se saisit à deux mains du masque de sa victime qu'il sépare avec force et rage en hurlant, dissipant ainsi le corps entier du monstre fébrile.

La prêtresse, satisfaite, s'approche doucement du jeune bêta en applaudissant à rythme régulier. Dans un même temps, deux autres chiens s'avancent avec une âme dans chaque main, lesquelles sont offertes au dogue triomphant qui ne tarde pas à se repaître de sa récompense. Ce faisant, il assimile inconscient les concepts de "désobéissance = faim et douleur" et "obéissance = gloire et satiété". C'est ainsi qu'on conditionne les chiens les plus primaires, ceux uniquement régis par leurs instincts.

« Excellent. Je vais plaider pour ta cause. Entre temps, n'oublie pas qui est ton maître. Tant que tu t'en rappelles, il ne t'arrivera rien. Elle se tourne alors vers l'assemblée en frappant dans ses mains. Le Sabbat est accompli. Retournez à votre errance, chiens, en l'attente d'une convocation de votre maître. »
Alignement : Loyal Mauvais
Rang : A
Grade : Fraccion d’Ordalias
Avatar : Hone Onna (Onmyoji)
Messages : 53
Expérience : 213
Reiryoku : 49000
Date d'inscription : 02/06/2019
Voir le profil de l'utilisateur
Agrat
Mer 5 Juin - 16:03

Sous l'injonction d'Agrat, les chiens se dispersent en grognant entre eux pendant que la prêtresse se charge d'évacuer le vainqueur et réformé. Elle lui emboîte le pas et passe par le dédales de loges pour retrouver la surface en sa compagnie. L'habitude paysage de sang, de roche et de lave de Cadaveres est de nouveau visible, tout comme les cris d'ambiance sont enfin perceptibles, ceux-ci ne parvenant pas à faire écho parmi les autres sons frappant les parois de la fosse. La Vasto Lorde se retourne face à son nouveau protégé, capte son regard et l'encourage à s'agenouiller, ce qu'il fait dans la seconde, craignant sans doute le courroux de son alpha s'il ne se plie pas à sa volonté.

« Bien. Tu apprends vite. Continue ainsi et tu auras sans nulle doute l'honneur d'évoluer. Néanmoins... Elle se rapproche de lui et baisse les yeux pour le contempler dans toute sa stature pathétique d'être encore illégitime. Je refuse que tu marches dans mes pas tant que tu n'auras pas été accepté par notre maître. Vole, rampe, fais tout ce que tu veux. Mais trouve une solution. »

Sans demander de reste, la créature offre ses bras. L'alpha penche la tête, sceptique, puis décide de jouer le jeu. Elle est sa supérieure, après tout. Qu'il se plie en quatre pour répondre à ses caprices est inévitable. Ainsi Agrat se laisse-t-elle porter sa son serveur, s'asseyant confortablement sur l'une des larges épaules du chien qui reprend ensuite la route.

Le domaine d'Ordalias est enfin atteint après une longue errance. Pendant que le bêta porte son alpha, cette dernière s'est assurée qu'aucun nuisible ne les approche en les repoussant par sa seule pression spirituelle. Le trajet s'est déroulée dans les meilleures conditions possibles. Agrat quitte donc l'épaule de son servant et pose les pieds sur le sol du palais d'Ordalias, interdisant cependant au chien de la suivre. Il n'avait pas le droit de s'y rendre et devait désormais attendre à l'entrée du palace macabre.

L'écho des pas de la Vasto Lorde résonne dans le domaine aux pilliers sombres. Assurée, Agrat ne tarde pas à atteindre la pièce de ses convoitises, soit celle où repose son maître. Elle signale immédiatement sa présence, pousse les deux immenses battants de la porte et s'agenouille une fois qu'elle a passé le seuil de la sainte pièce. Son regard, humble et dénué de toute hostilité, se pose sur les dalles froides et sombres pavant le sol en signe de soumission absolue. Le souffle rauque du maître indique à sa Fraccion qu'elle peut enfin parler, ce dont elle ne se prive pas, pendant que les pans de sa robe maculée de sang lui chatouille les orteils.

« Le Sabbat Rouge que j'ai présidé s'est déroulé dans les meilleures conditions, mon maître. L'élément récalcitrant à été soumis à votre volonté, l'exécution du criminel s'est déroulée sous les yeux de cent témoins, et ceux-ci ont subi une piqûre de rappel quant à ce qui leur arrivera s'ils daignent vous désobéir. Un franc succès. »

L'espace d'un instant, Agrat sent une certaine satisfaction dans l'expression de son maître, ce qui suffit à lui réchauffer le coeur. Fière d'avoir accompli sa tâche, elle ose enfin relever la tête pour regarder dans la direction du Général, mais garde toujours un genou posé au sol pour ne pas enfreindre sa condition d'être inférieur. Il serait présomptueux de se relever maintenant.

« Quant à ce nouveau bêta, si vous le voulez bien, j'aimerais qu'il rejoigne ma meute. S'il s'est effectivement montré docile aux yeux de tous, je crains qu'il ne soit pas encore totalement formaté et agisse uniquement par peur plutôt que par volonté de servir. C'est pour ça qu'avec votre autorisation, j'aimerais pouvoir le garder auprès de moi pour le briser en votre nom. »

Après tant de promesses faites à ce pitoyable hollow, pourquoi Agrat retourne-t-elle ainsi sa veste ? La réponse est simple ; elle ne l'a jamais retournée. La seule personne, ou plutôt chose, à laquelle elle a menti, c'est ce hollow soi-disant réformé. Fidèle à son maître et à personne d'autre, la Vasto Lorde n'hésite pas à duper autrui dans les intérêts de son seigneur. Et ce pauvre hollow allait le découvrir à ses dépends, puisque le Général ne tarde pas à donner son approbation à sa Fraccion. Dans un geste de respect profond, Agrat se penche encore plus pour effectuer la révérence la plus respectueuse possible.

« Je ne saurais trahir votre confiance, mon maître. Je ferai de lui votre chien docile et prêt à tout. »

Sur ces derniers mots, Agrat baisse la tête pour ne pas croiser le regard de cet être si supérieur, se relève et quitte la salle à reculons avant d'attraper les deux immenses battants et de les fermer sans le moindre mal. Une fois à l'extérieur, la prêtresse relève enfin la tête tandis qu'un sourire dément étire ses lèvres et que quelques mots s'en échappent.

« Je vais te détruire, chien. Je ne connaîtrai pas le moindre repos tant que tu ne seras pas totalement soumis à la volonté du maître. »

Des paroles annonciatrices de longs jours de conditionnement...
Contenu sponsorisé
Page 1 sur 1

Permission de ce forum:Vous ne pouvez pas répondre aux sujets dans ce forum

 :: Hueco Mundo :: Inferno :: Cadáveres
De foi et de sang (Solo)

Sauter vers: